Les employés peuvent-ils quitter leur bureau en meilleure santé qu’à leur arrivée ?

Voilà une question que les entreprises se posent de plus en plus souvent, et pour cause : si l’amélioration du bien-être des collaborateurs représente un défi de taille, il est encore plus risqué de ne pas s’en préoccuper.

En effet, la forte augmentation du stress au travail a entraîné une baisse de la productivité et une hausse des coûts, de l’absentéisme et du taux de renouvellement du personnel. D’après l’institut Gallup, pas moins des deux tiers des employés travaillant à plein temps sont victimes de burn-out. Pour l’Organisation mondiale de la Santé, il s’agit d’un problème majeur « lié à un stress chronique au travail n’ayant pas fait l’objet d’une prise en charge adéquate ».

Par ailleurs, le marché du travail international est plus tendu qu’il ne l’a été depuis plusieurs décennies, les employés pouvant ainsi se permettre d’être beaucoup plus sélectifs que par le passé dans le choix de leur poste. C’est notamment le cas pour les membres de la génération Y, qui constituent désormais la majeure partie de la population active.